L’usage de substances psychotropes, en particulier d’opioïdes, est un problème majeur auquel se heurte notre système de santé. Les médecins, les décideurs politiques et les patients ont un urgent besoin de directives supplémentaires sur la façon de régler ce problème. Cette communauté d’intérêts contribuera à combler les lacunes dans les connaissances en réunissant des intervenants de partout au pays afin qu’ils puissent mettre en commun leur expertise clinique, parler de leur vécu, recueillir des données, collaborer à l’élaboration de recommandations de politiques, diffuser de l’information et offrir des possibilités de mentorat.

Objectifs et résultats attendus de la communauté d’intérêts

Cette communauté d’intérêts se servira d’une plateforme en ligne pour réunir des intervenants de partout au pays dans la lutte contre les problèmes liés à l’usage de substances psychotropes. Elle permettra aux communautés informelles existantes de créer des liens entre elles et d’échanger de l’information sur les interventions contre la dépendance aux opioïdes et d’autres problèmes de santé liés à l’usage de substances psychotropes qui sont efficaces à l’échelle du patient, de la personne concernée, du fournisseur et du système.

Objectif no 1 (priorité actuelle) : Améliorer la capacité des fournisseurs de soins de santé, notamment les fournisseurs de soins primaires et les psychiatres, à traiter les patients atteints de troubles liés à l’usage de substances psychotropes, et leur faire découvrir des ressources de la région.

Résultats souhaités : Augmentation de la capacité des cliniciens, mesurée au moyen de sondages évaluant, avant et après la mise en place de la communauté, le degré d’aise des cliniciens vis-à-vis de divers problèmes de santé; et meilleure connaissance des ressources de chaque région, mesurée en fonction des taux de recommandation et d’inscription.

Objectif no 2 (priorité future) : Permettre au système de soins de santé de répondre aux besoins des consommateurs de substances psychotropes en facilitant la diffusion et le déploiement à grande échelle d’initiatives efficaces (p. ex., centres de consommation supervisée, programmes de gestion de l’alcoolisme et programmes de gestion de la dépendance aux opiacés).

Résultat souhaité : Augmentation de la diffusion et du déploiement à grande échelle d’initiatives efficaces, mesurés en fonction du nombre de programmes offerts dans l’ensemble du pays. 

Objectif no 3 (priorité future) : Permettre aux consommateurs de substances psychotropes de parler de leur vécu et de contribuer à l’élaboration de programmes et de politiques, et réduire les préjugés et les obstacles aux soins que doivent affronter ces personnes.

Résultat souhaité : La communauté d’intérêts orientera les travaux des administrations municipales, des gouvernements provinciaux, du gouvernement fédéral et des agences de santé publique sur l’usage de substances psychotropes.

Vision

Notre communauté d’intérêts a pour vision de fournir une plateforme de discussion et un forum en ligne comportant des sous-comités afin de :

  • permettre aux médecins de créer un réseau de soutien clinique;
  • permettre aux médecins et aux autres professionnels de la santé de créer des réseaux régionaux pour se parler des ressources locales;
  • permettre au public et aux personnes ayant une expérience vécue de discuter des priorités pour les consommateurs de substances psychotropes avec des professionnels de la santé et des décideurs politiques.

Portrait de la communauté

Situation actuelle : La communauté d’intérêts sur l’usage de substances psychotropes réunit un petit nombre de médecins et d’apprenants en médecine extrêmement engagés qui détermineront l’orientation de la communauté, dirigeront les discussions et recruteront de nouveaux membres.

Situation future : La communauté d’intérêts accueillera tous les intervenants intéressés, soit :

  • un large éventail de professionnels de la santé, dont des médecins de diverses spécialités, des infirmières praticiennes, des infirmières, des travailleurs sociaux, des psychothérapeutes, des conseillers et des intervenants en toxicomanie et en réduction des méfaits (la communauté devrait comprendre des médecins qui ne sont pas à l’aise avec la toxicomanie pour leur permettre de se familiariser avec le sujet et faciliter le transfert des connaissances);
  • des consommateurs de substances psychotropes, pour que les personnes directement touchées puissent contribuer à l’élaboration des politiques (ce qui est essentiel à l’atteinte des objectifs énoncés ci-dessus par une approche axée sur les patients);
  • des représentants de gouvernements et d’agences de santé publique, qui pourront se servir de la communauté d’intérêts pour orienter leurs initiatives de politiques et réagir habilement aux crises de santé publique.
Anonymous